Apprentissage par le jeu : comment aider les tout-petits à assimiler rapidement ?

Les enfants ont le plus souvent besoin d’une orientation, d’une petite assistance ou d’un modèle à copier pour apprendre de nouveaux gestes. Le simple fait de s’habiller peut au début relever du défi, et il en va de même pour une multitude d’actions au quotidien. C’est également le cas pour tout ce qui touche à l’apprentissage cognitif, à la faculté de l’enfant à apprendre à lire, à compter ou à dessiner. Le rôle des parents ou de l’entourage est des plus importants à chaque étape, pour lui permettre de gagner du temps et de progresser dans les meilleures conditions.

Bien observer l’enfant dans ses jeux et l’assister

Pour aider l’enfant à apprendre de nouveaux mots par exemple, ou pour lui faire découvrir de nouvelles activités, il peut être pratique de tenir compte de ses propres centres d’intérêt. Il faut pour cela trouver ce qui le motive, et en profiter pour retenir son attention. Votre petit garçon qui joue avec son camion sera par exemple ravi d’apprendre qu’il s’agit d’une « bétonnière », et de découvrir l’utilité de cet équipement sur un grand chantier de construction. De petites interventions de votre part peuvent ainsi l’aider à faire des associations, à rendre des séances de jeux plus intéressantes, et à favoriser son désir d’apprendre.

En gros, il s’agit de partir de ses propres envies pour l’amener à découvrir par exemple l’univers des chiffres dès le plus bas âge. Si votre petit à l’âge de 4 ans ou de 5 ans semble présenter de l’intérêt pour des comptines spécifiques qui tournent autour des chiffres par exemple, n’hésitez pas à saisir cette occasion pour lui donner quelques notions et l’introduire aux mathématiques avec un boulier. Vous trouverez chaque fois facilement un exercice en ligne de grande section de maternelle qui s’adaptera à la situation spécifique ou aux notions que vous souhaitez apprendre à votre enfant.

Encourager l’envie d’apprendre chez l’enfant

Il est impératif d’aider l’enfant à avoir confiance en lui-même et de stimuler son désir de se surpasser. Il sera important de veiller à le laisser prendre part à l’action en l’aidant à réaliser lui-même certaines activités, plutôt que de les faire pour lui : cela s’appelle l’étayage. L’enfant trouve alors plaisir à exprimer son potentiel et devient avec vous le témoin de son propre cheminement.

Il est nécessaire que ces encouragements et l’accompagnement que vous offrez à l’enfant se fassent dans un contexte agréable. Lorsque vous remarquez que l’enfant a du mal à s’en sortir avec une tâche spécifique, il ne faut pas insister lourdement ou tenter de l’y forcer. Dans certains cas, si votre aide ne porte pas de fruits, cela signifiera simplement que l’enfant n’est pas encore prêt ou suffisamment grand pour l’exercice en question. Le fait d’insister peut alors souligner son incapacité et s’assimiler pour lui à une expérience désagréable. Une simple activité comme le fait de réaliser des découpes avec une paire de ciseaux peut sembler difficile au début. Le conseil est de ne pas dramatiser, et d’essayer par exemple de changer les conditions de l’expérience en remplaçant le papier par de la pâte à modeler ou par toute autre matière.

Quelques conseils pour apporter du soutien pendant les phases d’apprentissage

Le soutien des parents peut être des plus utiles pour rendre bien plus simple chaque nouvelle expérience de l’enfant en matière d’apprentissage.

  • Trouver le moyen de décomposer un exercice ou une tâche spécifique en différentes étapes peut la plupart du temps simplifier considérablement les choses et donner confiance à l’enfant.
  • Les encouragements offerts à l’enfant pour les plus petites réalisations sont précieux. Cela permet d’associer à chaque effort un sentiment plaisant.
  • Apporter de l’aide reste bénéfique, à condition de savoir s’y prendre. Pour l’enfant qui souhaite boutonner sa chemise ou remonter sa fermeture éclair par exemple, donner un coup de pouce en enclenchant le mouvement vers le bas lui laissera l’occasion de terminer l’exercice plus facilement et d’en recueillir le mérite.
  • De simples suggestions pendant les phases d’apprentissage peuvent être utiles à l’enfant pour trouver une solution. Vous pouvez ainsi très souvent le guider efficacement avec des mots. L’effet produit est meilleur que lorsque vous prenez les choses en main. Vous pouvez par exemple lui suggérer de procéder plus lentement ou d’ouvrir sa bouche un peu plus pour arriver à se nourrir sans verser de la nourriture. Il peut aussi être utile de le questionner lorsqu’il joue, pour compter ses jouets par exemple, ou pour trouver une couleur spécifique.
  • L’enfant a besoin de modèles. N’hésitez pas à faire les gestes qu’il faut, à compter et à le faire répéter, ou à habiller une poupée pour lui demander de reproduire vos gestes.
  • Il est important au fil de l’apprentissage de faire intervenir régulièrement de nouvelles notions, ou de diversifier les méthodes et les jeux. L’enfant prend ainsi l’habitude de s’ouvrir à de nouveaux défis, sans tomber dans une routine ennuyeuse.

L’apprentissage par le jeu

Le jeu comporte des bienfaits à différents égards et permet à l’enfant de développer de nombreuses habiletés. Pour son développement sensoriel, social et intellectuel, donnez à votre enfant l’occasion d’apprendre dans un contexte ludique. Les activités qui permettent de penser, de parler, de deviner, de compter ou encore de chanter et de mimer des rôles seront importantes pour aider l’enfant à acquérir de nouvelles connaissances ou à apprendre à respecter des règles, dans un cadre stimulant.

Mathilde

A propos de l'auteur: Mathilde

Je gère une boutique de jouets sur Lyon, autant dire que je m'y connais dans ce domaine !

Tu pourrais aussi aimer