Qu’est-ce que le mat du berger aux échecs ?

Qu’est-ce que le mat du berger aux échecs ?

Débuter aux échecs, c’est accepter avant tout de savoir perdre assez rapidement. Une fois la marche des pièces et pions comprise par le joueur d’échecs débutant, la confrontation avec des joueurs plus expérimentés met en évidence la faiblesse des connaissances dans les ouvertures. L’une des ouvertures les plus rapides aux échecs conduisant à une fin de partie est ce que l’on appelle le mat du berger. Explications.

Le coup du berger en quatre coups aux échecs

Un mat rapide est ainsi réalisé sur la base d’une erreur basique de la part de l’apprenant mais reposant aussi sur une sortie un peu hasardeuse du gagnant. Voici la succession de coups pour le mat du berger comme nous le précise Ouille :

  1. e4 e5
  2. Dh5? Cc6 (La sortie anticipée de la dame blanche en h5 est en soi une erreur qui ici paie)
  3. Fc4 Cf6?? (Les noirs peuvent aisément sortir du mat en jouant par exemple g6 !)
  4. Dxf7 mat.

L’importance de maîtriser les concepts d’ouvertures aux échecs

Le coup du berger est généralement un moyen de montrer les faiblesses initiales du jeu adverse. En l’occurrence, les noirs ont un pion faible à côté du Roi qui est le pion f7. Ce dernier n’est, en effet, défendu que par le Roi lui-même. Il s’agit ici d’une faiblesse très connue des joueurs amateurs et nombre d’ouvertures visent à appuyer sur ce point faible. C’est d’ailleurs en partie pourquoi on apprend généralement celles commençant par 1.e4 e5 comme la partie italienne. Cette dernière présente aussi d’autres avantages pédagogiques et permet en outre d’avoir des parties d’échecs plutôt orientées vers les coups tactiques. L’ouverture italienne est assurément un bon moyen de s’amuser beaucoup dans le noble jeu tout en évitant le mat du berger.

Prendre du plaisir à apprendre les échecs

Les échecs sont un jeu mais aussi un sport de l’esprit particulièrement passionnant. Toutefois, s’il est assez facile d’apprendre la marche des pièces rapidement, bien comprendre les subtilités du jeu nécessite plus qu’une vie entière. Pour pouvoir continuer à prendre du plaisir, un amateur débutant devra ainsi étoffer son jeu en apprenant les grandes lignes des ouvertures principales comme la partie italienne, la partie espagnole, le Gambit du Roi ou de la Dame, la Sicilienne, etc. Ces ouvertures encore jouées par les Grands Maîtres au plus haut niveau du sport, sont l’occasion de découvrir énormément de subtilités permettant de poser son jeu face aux adversaires. Cependant, l’apprentissage du jeu passe aussi par un « travail » des milieux de parties sur le plan stratégique et tactique ainsi que sur les finales à jouer. Sur ce dernier point, souvent injustement négligé, il y aurait énormément à dire. Notamment, comment jouer une finale de fous, de tours ou encore de cavaliers ? Autant de questions qu’il est bon de se poser pour accroître son habileté au Roi des jeux. Le coup du Berger est déjà loin !

Pour conclure, il peut aussi être intéressant de faire des exercices (on en trouve de nombreux sur Internet et dans les revues spécialisées) afin de prendre du plaisir sans pour autant affronter un adversaire.

Mathilde

A propos de l'auteur: Mathilde

Je gère une boutique de jouets sur Lyon, autant dire que je m'y connais dans ce domaine !

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *